Le Livre

Publié chez Actes Sud, « Les médias, le monde et nous » complète le propos du film. Fruit des observations, rencontres et recherches effectuées pendant les cinq ans d’enquête menée par Anne-Sophie, cet ouvrage détaille certains aspects évoqués sans être plus développés dans le documentaire, il donne encore plus d’exemples et approfondit les perspectives.

Il sera en librairie dès le 23 octobre 2019.

couv_medias

Résumé de la quatrième de couverture

“L’État nous pisse dessus et les médias nous disent qu’il pleut”, et vice versa. Facile de résumer le ressenti de beaucoup à l’égard de la profession de journaliste. Il suffit de lire ce tag inscrit en haut d’une rame de métro pour (sou)rire, dans un premier temps, puis mesurer, ensuite, ce que résume ce trait d’humour – les médias nous manipulent, ils mentent et sont à la merci des pouvoirs. Prise en étau entre la fin d’un modèle économique et un rejet global des institu- tions, la presse a du plomb dans l’aile et le public semble en avoir ras le bol des informations déversées du matin au soir. Pourquoi et comment en sommes-nous arrivés là ? Est-il possible de renouveler le métier journalistique ? D’adopter une autre posture entre producteur et consommateur d’informations ?

Cet ouvrage explique que les pistes de réconciliation passent par un travail commun mené par les journalistes et le public. Il pro- pose d’explorer l’évolution de notre rapport aux médias, le rôle qu’ils jouent dans notre vision du monde et la façon dont ils nous permettent, ou non, d’être en prise avec le réel – et par extension avec les enjeux du siècle.

En dressant des pistes de solutions illustrées de nombreux exemples, Anne-Sophie Novel part du principe que bien s’informer aujourd’hui devient aussi nécessaire que bien manger il y a vingt ans. Elle tend à dépasser les débats stériles qui nous empêchent de prendre de la distance vis-à-vis de l’actualité et de nous focaliser sur les vrais défis de notre époque. Elle prouve qu’il est possible de tracer de nouveaux chemins de faire et de mieux participer ainsi au débat de société.